Comment préparer le sol pour un potager ?

Dès le début du printemps, les températures augmentent, aussi bien dans l’air que dans les sols et il est alors grand temps de commencer à préparer le potager pour les prochaines plantations. Cette préparation concerne principalement le sol qu’il faut remettre en état et rendre plus accueillant pour les nouvelles plantes.

Une femme prépare le sol du potager
© istock

Commencer par un grand nettoyage

Si, en hiver, vous avez protégé et nourri votre jardin avec un paillage, en mars et avril, il est temps de retirer ce qui en reste. Commencez par retirer, en utilisant un râteau, toute la paille qui ne s’est pas décomposée et mettez-la de côté pour l’ajouter à votre compost ultérieurement.

Arrachez ensuite toutes les mauvaises herbes qui ont profité des premiers jours doux de l’année pour pousser, surtout si vous n’avez pas paillé le terrain. Pour désherber, privilégiez la méthode manuelle qui permet d’arracher les plantes avec leurs racines, ce qui les empêche de repousser.

Si vous êtes un jardinier écolo dans l’âme, vous pouvez épargner quelques pissenlits, trèfles et orties en bordure de votre potager pour qu’ils attirent les insectes pollinisateurs indispensables aux arbres et aux plantes potagères.

Décompacter le sol

Les eaux de ruissellement, les grands froids, le gel et la neige ont usé votre sol tout au long de l’hiver et l’ont tassé. La terre trop compacte n’est pas propice au développement des semis et des plantations et c’est au début du printemps que vous devez y remédier.

Pour ce faire, vous pouvez utiliser une bêche, une fourche ou une grelinette. Ce dernier outil est particulièrement recommandé, car il permet de décompacter la terre sans la retourner, ce qui vous évite de porter atteinte aux insectes, vers et autres bactéries présents dans le sol et qui sont bénéfiques pour vos plantes, car ils décomposent les matières organiques et enrichissent le sol.

Améliorer le sol

Au printemps, observez attentivement la nature de votre sol, vous déciderez peut-être des défauts ou des carences que vous pouvez corriger. Ainsi, si le sol est trop lourd ou trop dense, ce qui est souvent le cas pour les sols argileux, vous pouvez l’améliorer en lui apportant du sable plus ou moins modéré en fonction de la densité du sol.

Pour les terres trop légères et trop drainées, vous pouvez améliorer la rétention de l’eau en apportant de l’argile que vous incorporez au sol en retournant celui-ci avec une bêche ou une fourche.

Enrichir le sol

C’est aussi en cette période qu’il est opportun d’enrichir le sol en lui apportant les nutriments nécessaires pour les plantes que vous y planterez. Ces nutriments doivent, dans l’idéal, provenir d'engrais naturels comme le fumier, le guano ou le compost. Mais veillez, dans tous les cas, à respecter la nature de votre sol et le type de plantation auquel vous le destinez. Certains engrais, même naturels, ne sont, en effet, pas compatibles avec tous les types de sol ni avec tous les types de plantations.

Pour les légumes, le compost reste le meilleur amendement. Apportez-le en l’épandant simplement sur le sol et en l’incorporant avec un croc. La quantité idéale pour un potager est de 3 à 4 seaux de compost par mètre carré. En apportant du compost à votre sol au début du printemps, vous enrichissez la terre tout en incitant les insectes et microorganismes qui ont encore une activité ralentie à reprendre de la vigueur. Ils contribuent ainsi à rendre le sol encore plus fertile.

Si vous n’avez pas de compost, vous pouvez le remplacer en apportant du terreau à votre sol. Cette pratique ne fait pas l’unanimité auprès des jardiniers, certains estimant que le terreau est inutile, alors que d’autres en ajoutent de grandes quantités à leurs sols et, voire même, cultivent directement sur du terreau.

Vous pouvez vous fournir en compost en jardinerie, mais sachez que c’est un investissement de taille, car les prix de cette matière sont quelque peu élevés. Choisissez un terreau spécial potager et, de préférence, bio et sans tourbe, car l’exploitation de cette matière est néfaste pour l’environnement.

La quantité de terreau que vous devez ajouter à votre sol dépend du type de terreau que vous achetez et de sa composition. Il est donc important de vous référer aux recommandations du fabricant et de prendre en compte les engrais que vous comptez apporter plus tard à votre sol.

Deco et Ambiances

1039

Aucun commentaire à «Comment préparer le sol pour un potager ?»

Laisser un commentaire

Les commentaires sont soumis à modération. Seuls les commentaires pertinents et étoffés seront validés
* Champs obligatoires