Un linteau c’est quoi : définition, utilisations et modèles

Le linteau est présent dans la construction de tous les bâtiments puisqu’il sert de soutien à l’édifice. Il est utilisé sur les murs porteurs pour soutenir les matériaux au-dessus d’une ouverture. Le linteau est donc présent sur les parois extérieures mais aussi intérieures d’une habitation. Il est alors placé à l’horizontale, au-dessus des montants verticaux, par exemple d’une porte, d’une fenêtre ou encore d’une cheminée. On en trouve dans différents matériaux que ce soit un linteau monobloc ou un linteau plus élaboré. De ce fait, il existe différentes techniques.

Linteau Construction
© Istock

Le linteau, c’est quoi ?

Le mur porteur, comme son nom l’indique, porte la maison. Il permet à celle-ci de tenir debout. Pour cela, il en supporte la charge et en garantit ainsi la solidité. Néanmoins, des ouvertures ont besoin d’être créées dans ces murs porteurs pour pouvoir, tout simplement, entrer et sortir de la maison grâce aux portes, mais aussi pour permettre à la lumière d’entrer par des fenêtres. En général, l’intérieur compte au moins un mur porteur qui sert à répartir la charge de la charpente et des différents niveaux, le cas échéant. Ces murs doivent eux aussi avoir des ouvertures pour permettre la circulation dans la maison. C’est là que les linteaux entrent en jeu : ils permettent de ne pas fragiliser la structure et d’assurer que le poids de la maison repose sur un nouvel élément. À l’origine, il s’agissait principalement d’une poutre en bois. Elle était déposée à l’horizontale en haut de toutes les ouvertures. Cependant, au fil du temps, ces dernières ont été de plus en plus agrandies pour profiter de plus de luminosité et d’espace, par exemple pour ouvrir le salon sur la cuisine, les techniques ont donc dû évoluer et des matériaux plus solides et plus résistants ont été recherchés pour les linteaux, qui sont alors soumis à une pression plus importante. En résumé, il garantit la stabilité de la construction au-dessus de n’importe quelle ouverture, grande ou petite. Grâce à lui, vous pouvez passer dans l’embrasure d’une porte sans trembler !

Comment choisir un linteau ?

En fonction de vos besoins, votre linteau doit avoir certaines caractéristiques bien spécifiques. Et pour cause, il sera sélectionné en fonction de la longueur de l’ouverture dans votre mur, mais aussi de l’épaisseur du mur auquel le linteau va être intégré. La résistance mécanique du linteau va également dépendre de différents points, comme les matériaux qui ont été utilisés lors de la construction de la maison, mais aussi s’il s’agit d’une maison de plain pied, à un ou plusieurs étages, etc.. Toutes ces données, vous permettront de définir le linteau dont vous avez besoin : sa longueur et sa section, mais aussi le matériau à privilégier. Il ne doit, en aucun cas, fléchir lorsque la maçonnerie sera mise en place. Le prix est certes un critère de choix important, mais, dans le cas du linteau, il est loin d’être celui qui est primordial. Pour votre sécurité, vous devrez privilégier le linteau le plus apte à soutenir efficacement votre construction et à en respecter les caractéristiques. Un autre élément à prendre en compte est qu’un linteau monobloc peut rapidement peser très lourd et nécessiter un moyen de levage. Ce critère peut être frein à l’utilisation de ce type de linteaux. Néanmoins, si vous avez la possibilité d’avoir le matériel nécessaire, vous pourrez profiter d’une pose quasi instantanée.

Linteau
© iStock

Les linteaux monoblocs et les linteaux plus élaborés

Dans quelque matériau qu’il soit, le linteau monobloc est construit à partir d’une seule et unique pièce, il sera donc posé d’un bloc sur les deux supports verticaux. Pour sa part, le linteau plus élaboré peut être en plusieurs segments. De ce fait, après sa pose, les travaux de finition sont plus conséquents.

Les linteaux monoblocs

  • Le linteau en bois, il est aussi appelé linteau traditionnel. Il s’agit d’une poutre en bois qui va permettre de créer un faîtage monobloc. Son installation est assez simple et ne nécessite pas des travaux titanesques. La section sera définie en fonction de la charge à porter, il peut arriver, pour un mur très épais, que l’on double cette poutre.
  • Le linteau en acier, utilise un IPN en acier aussi connu sous le nom de poutre à profil normal. Il est possible alors de choisir la longueur dont on a besoin, jusqu’à 12 mètres, et ce, dans différentes sections. Son installation ne nécessite pas, elle non plus, de gros travaux.
  • Le numéro 1 en matière de simplicité de pose est le linteau en béton monobloc, qui est fabriqué à partir de béton armé. Néanmoins, sa portée est moins importante que celle d’un linteau en acier. Il vaut donc mieux le réserver pour les portes et les fenêtres. Un autre de ses avantages est qu’il s’adapte à tous les types de maçonnerie.

Les linteaux plus élaborés

  • Le prélinteau est un linteau d’une épaisseur plutôt faible. Il est donc moins résistant, mais son rôle est essentiellement de se substituer au batardeau (coffrage du dessous). Ce dernier supporte traditionnellement les parpaings lors de la construction d’une ouverture. Néanmoins, son temps de séchage est assez important. Attention cependant, cette solution ne permet pas de faire l’impasse sur un linteau. Il va ensuite recevoir un parpaing en U dans lequel sera coulé du béton, qui nécessitera un temps de séchage équivalent à celui du linteau en béton armé.
  • Le linteau en béton armé est, quant à lui, obtenu en plaçant les uns à la suite des autres des parpaings de chaînage. Sa simplicité réside dans le fait qu’il est possible de le confectionner par soi-même, à condition de disposer de quelques connaissances techniques et de temps, car il faut patienter 28 jours pour lui laisser le temps de bien sécher.
  • Le linteau de chaînage est en fait un linteau monobloc en U. On va donc pouvoir placer à l’intérieur du fer et du béton. Cette solution ne nécessite ni étais, ni batardeau et permet de reprendre rapidement la construction. Autre avantage non négligeable, il peut être utilisé sur de grandes portées de plus de 2 mètres.

Aucun commentaire à «Un linteau c’est quoi : définition, utilisations et modèles»

Laisser un commentaire

Les commentaires sont soumis à modération. Seuls les commentaires pertinents et étoffés seront validés
* Champs obligatoires