Quels sont les travaux éligibles à la prime énergie ?

Le secteur du logement est un des plus grands consommateurs d’énergie sous toutes ses formes, qu’elle soit électrique ou fossile. C’est aussi une grande source de pollution, par l’émission de gaz à effet de serre notamment. Pour y remédier, l’État a instauré de nombreux dispositifs pour inciter les foyers à améliorer les performances énergétiques et écologiques de leurs habitations.

La prime énergie est un de ces dispositifs. Elle est versée par les fournisseurs d’énergie aux foyers qui réalisent certains travaux afin de diminuer leur consommation d’énergie.

Prime Energie
© istock

Qu’est-ce que la prime énergie ?

La prime énergie, aussi appelée prime coup de pouce énergie ou prime éco-énergie, a été introduite par l’État en 2017 afin d’aider les foyers à améliorer leurs logements d’un point de vue énergétique. Elle est versée par le biais des fournisseurs d’énergie aux foyers qui en font la demande et qui réalisent des travaux éligibles à l’aide. Elle est accordée sous forme de chèque ou de virement bancaire. L’aide doit impérativement être demandée avant le début des travaux, mais elle n’est versée qu’après réception des travaux et après la validation du dossier de demande.

Le montant de la prime varie en fonction des équipements acquis et des travaux réalisés. Ils peuvent également varier en fonction des revenus du foyer demandeur.

Qui peut bénéficier de la prime énergie ?

Tous les foyers peuvent obtenir la prime énergie s’ils remplissent certaines conditions concernant le logement et les travaux à réaliser. Le logement doit, en effet, être construit depuis au moins deux ans à la date de début des travaux. Les travaux doivent, quant à eux, être confiés à un professionnel certifié RGE et utiliser des matériaux, équipements et appareils répondant à des critères stricts d’efficacité énergétique.

Les travaux éligibles à la prime énergie

Il existe quatre classes de travaux éligibles à la prime énergie et toutes visent à réduire la consommation d’énergie des foyers pour le chauffage, la climatisation, le fonctionnement des appareils électriques et l’éclairage.

En plus de la somme versée par chèque ou virement bancaire, les bénéficiaires de l’aide peuvent bénéficier du suivi d’un expert en aides à la rénovation énergétique qui leur apporte conseils et expertise dans la réalisation des travaux.

Les travaux d’isolation

La plupart des travaux d’isolation sont éligibles à la prime énergie s’ils répondent à certains critères techniques, notamment en ce qui concerne les matériaux utilisés. Il s’agit, principalement de :

  • Travaux d’isolation des toitures et des combles qu’ils soient perdus ou aménagés ;
  • Travaux d’isolation des planchers bas ;
  • L’isolation des murs par l’intérieur ou par l’extérieur ;
  • L’isolation des toits-terrasses ;
  • L’installation de doubles vitrages, de velux, de porte-fenêtres et fermetures isolantes.

Le montant de l’aide accordé pour les travaux d’isolation est de 20 euros par mètre carré d’isolant utilisé si l’aide est destinée à un foyer modeste et de 10 euros par mètre carré pour les autres foyers.

Rénovation énergétique
© istock

Les équipements de chauffage

Une grande variété d’équipements et d’appareils de chauffage sont pris en charge par la prime énergie. Mais pour en bénéficier, les foyers doivent les faire installer par un professionnel certifié. La liste comprend principalement :

  • L’acquisition et installation d’un système de chauffage indépendant au bois (sous toutes ses formes) comme un poêle à bois, une cuisinière à bois, d’une cheminée à foyer fermé, etc.
  • L’acquisition et installation d’une chaudière individuelle à biomasse ou à haute performance énergétique ;
  • Une chaudière collective à condensation ;
  • Un chauffe-eau solaire ou thermodynamique à accumulation individuel ou collectif ;
  • Une pompe à chaleur air / air, air / eau ou eau / eau ;
  • Une pompe à chaleur à absorption air / eau ou eau / eau ;
  • Une pompe à chaleur hybride ;
  • Le raccordement d’une habitation à un réseau de chaleur déjà existant ;
  • L’acquisition et installation d’un radiateur basse température pour un équipement de chauffage central ;
  • L’achat et installation d’un climatiseur pour les foyers situés en Outre-mer ;
  • L’acquisition et installation d’un système solaire combiné ;
  • L’acquisition et installation d’une ventilation mécanique contrôlée et réglable (VMC) ;
  • L’installation d’une ventilation naturelle hybride ou naturelle hygroréglable.

La prime énergie peut aussi être accordée pour l’achat et l’installation de certains équipements permettant de réguler les appareils fonctionnant à l’électricité ou au combustible afin de limiter leur consommation d’énergie. C’est le cas, par exemple, des optimiseurs de relance pour les chauffages collectifs, les systèmes de régulation par programmation intermittente, les robinets thermostatiques, les systèmes de variation électronique pour pompe à chaleur, etc.

Le montant de l’aide accordée pour l’installation de ces équipements varie, en fonction du type d’installation, de quelques centaines d’euros à 4000 euros pour les foyers modestes.

Les équipements domestiques

Certains équipements reconnus pour consommer moins d’énergie sont aidés par la prime énergie. Il s’agit, par exemple, des lampes à LED, de lave-linges, de réfrigérateurs s’ils sont de la classe A++ ou supérieure.

Les services

La prime énergie peut être attribuée dans le cadre de la conclusion d’un contrat de performance énergétique ou CPE. C’est un contrat conclu entre un maître d’ouvrage et une entreprise d'efficacité énergétique qui s’engage à améliorer les performances énergétiques de l’habitation ou du bâtiment concerné.

Deco et Ambiances

304

Aucun commentaire à «Quels sont les travaux éligibles à la prime énergie ?»

Laisser un commentaire

Les commentaires sont soumis à modération. Seuls les commentaires pertinents et étoffés seront validés
* Champs obligatoires