Jardin suspendu : tout ce qu’il faut savoir

Les jardins suspendus, aussi appelés jardins verticaux, sont de plus en plus présents dans notre paysage urbain. Ces installations répondent au besoin de végétal dans des espaces qui ne se prêtent pas à l’installation de jardins traditionnels. Avantages, inconvénients, création et entretien, nous vous disons tout ce que vous devez savoir sur les jardins suspendus.

Jardins Suspendus
© istock

Qu’est-ce qu’un jardin suspendu ?

Le jardin suspendu ou jardin vertical est toute installation végétale occupant non pas une surface horizontale ou en légère pente, comme dans les jardins traditionnels, mais une surface verticale ou située en hauteur. Il peut être installé sur un mur, sur une terrasse, un balcon ou un toit. Il peut être composé d’une grande variété de plantes, grimpantes ou non, et même d’arbres, de buissons et d’arbustes.

Le concept de jardin suspendu est revenu sur le devant de la scène ces dernières décennies. Toutefois, l’idée n’est pas nouvelle. Des jardins suspendus ont existé par le passé, y compris pendant l’antiquité. Le jardin suspendu de Babylone en Irak, considérée comme une des sept merveilles du monde antique aurait été construit par le roi de l’empire babylonien vers 600 av. J.-C.

Les différents types de jardins suspendus

En fonction de la configuration de l’espace qui l’accueille et des équipements mis en œuvre, le jardin suspendu peut être de différents types.

La toiture végétalisée

Le toit végétalisé, ou éco-toit est une installation végétale plane sur une surface en hauteur, ici le toit. Elle peut être installée sur un toit inaccessible et n’a alors qu’un rôle décoratif et écologique. La toiture végétalisée est une des plus simples à mettre en place, car la surface est plane, mais elle nécessite néanmoins une bonne imperméabilisation de la toiture pour éviter les fuites et les fissures.

Le mur végétal

Le mur végétal ou façade végétalisée est un des types de jardins suspendus les plus répandus de nos jours. On en trouve aussi bien sur des maisons anciennes que modernes, et même sur des immeubles entiers.

Le mur végétal comprend une installation technique dont le rôle est de fournir un substrat et des accroches aux plantes. Celui-ci peut consister en un treillage en fibres synthétiques, en fibres végétales ou en bois, sur lequel sont fixées des bacs ou même des poches de terreau dans lesquels poussent les plantes.

Le balcon et la terrasse végétalisés

Le balcon et la terrasse peuvent être végétalisés pour créer un jardin suspendu. Le balcon est alors le point de départ des plantes dont les branches et feuilles s’étalent sur les murs extérieurs.

Le fonctionnement du jardin suspendu

Le fonctionnement du jardin suspendu doit être tel qu’il apporte tout ce dont les plantes ont besoin pour s’épanouir : nutriments, eau, soleil et substrat.

Le substrat consiste souvent en un terreau riche adapté aux conditions difficiles dans lesquelles les plantes doivent se développer. Le terreau est contenu dans des pots ou des bacs de taille adaptée à l’espace disponible, mais aussi au poids à supporter par la structure.

L’installation d’un jardin suspendu, surtout s’il s’agit d’un mur végétal, nécessite une surveillance permanente de l’irrigation, de l’exposition au soleil, au vent et au gel, ainsi qu’un apport suffisant en nutriments.

Très souvent, le terreau et les pots sont remplacés par des installations hydroponiques qui permettent de cultiver toutes les plantes imaginables, tout au long de l’année et dans toutes les configurations spatiales imaginables.

Ses avantages

En plus de son intérêt esthétique indéniable, le jardin suspendu comporte de nombreux avantages, écologiques notamment. Il permet, en effet, de :

  • Améliorer la qualité de la vie dans la maison ou le quartier, en améliorant la qualité de l’air ;
  • Améliorer l’isolation thermique et phonique des bâtiments ;
  • Régulation de la température dans les villes en été ;
  • Accueillir la faune locale ou de passage, notamment les oiseaux migrateurs ;
  • Permettre aux insectes pollinisateurs, dont les abeilles, de se nourrir lors des floraisons ;
  • D’avoir la possibilité de produire, même en quantité limitée, certains fruits et légumes.

Ses inconvénients

Malgré ses nombreux avantages, le jardin suspendu n’est pas dénué d’inconvénients. Parmi ceux-ci :

  • Le nombre d’espèces de plantes utilisables est plus limité que dans un jardin classique ;
  • Les plantes se développent plus lentement, ont besoin de plus de soin et meurent plus facilement que dans un jardin horizontal ;
  • La culture des plantes nécessite plus de connaissances ;
  • Possible fragilisation des maçonneries, notamment des toits, soit par l’infiltration de l’humidité, soit par l’incrustation des racines ;
  • Charge supplémentaire sur les toits et les murs ;
  • Nécessité d’une installation parfois lourde, surtout si elle est verticale, avec un système d’irrigation complexe ;
  • Augmentation de la prise au vent du bâtiment ;
  • Risque de transport d’espèces invasives favorisé par la hauteur du jardin qui le rend plus exposé aux vents ;
  • Possibilité de piéger visuellement les oiseaux qui peuvent alors percuter les fenêtres ou baies vitrées ;
  • Un coût d’achat, d’installation et d’entretien élevé.
Jardin Suspendu
© istock

Comment créer un jardin suspendu ?

Pour créer un jardin suspendu, il faut réaliser une installation complète qui puisse soutenir les plantes et leur apporter nutriments, eau et bonne exposition au soleil.

Le substrat

Le substrat dans les jardins suspendus consiste souvent en des pots de diverses tailles. Pour les toits végétalisés, ce sont des bacs ou des pots de grande taille qui sont utilisés, notamment pour les arbres et arbustes. Toutefois, il est possible de limiter la croissance de l’arbre en le plantant dans un pot étroit, ce qui peut être pratique sur un petit espace.

Pour les murs végétalisés, il existe des treillages prêts à être installés et qui comportent des contenants rigides ou souples pour le substrat.

Le terreau et les pots peuvent être remplacés par une installation hydroponique. Celle-ci s’installe facilement et s’adapte à tous les espaces, horizontaux ou verticaux.

L’irrigation

Un jardin suspendu ne peut pas être arrosé à grande eau comme c’est le cas dans un jardin horizontal classique. Il faut installer un système d’irrigation complexe qui couvre tout le jardin suspendu.

Un système de goutte à goutte programmable est l’idéal, il permet d’apporter à chaque plante la quantité tout juste nécessaire à son épanouissement, sans excès, mais sans manque. Ce système a l’avantage d’éviter les débordements qui peuvent dégrader le jardin suspendu ou le mur, le toit ou la terrasse qui le soutiennent.

L’exposition

En fonction des plantes que vous souhaitez intégrer à votre jardin vertical, vous devez choisir une exposition adéquate. Si vous n’avez pas le choix de l’emplacement du jardin suspendu, vous choisirez les plantes en fonction de l’exposition que vous avez.

Pour un jardin très peu illuminé par le soleil, choisissez des plantes qui s’en accommodent très bien comme la Dracaena, la Bromélia, l’Adiantum fragrans, ou le palmier de montagne.

Pour un mur végétalisé, il est préférable de choisir une façade quelque peu abritée, car l’installation augmente la prise au vent de l’édifice et les plantes peuvent ne pas aimer les vents forts ou les grandes précipitations.

Comment l’entretenir ?

Le jardin vertical nécessite le même entretien qu’un jardin classique, avec, en plus, quelques attentions particulières. Il faut, en effet, entretenir les structures qui supportent le jardin, surtout si c’est un mur végétalisé. Le treillage doit être régulièrement vérifié et renforcé en cas de besoin. Sur un toit, il faut vérifier au moins une fois par an s’il y a des fuites ou des infiltrations qui peuvent fragiliser la toiture et les maçonneries.

L’irrigation doit être aussi plus précautionneuse pour éviter les débordements, sans toutefois priver les plantes d’eau. Certaines installations nécessitent un arrosage plus régulier, mais en plus petites quantités.

Les petits pots à plantes suspendus s’épuisent rapidement et finissent par ne plus fournir suffisamment de nutriments pour la croissance des plantes. Il est donc important de rempoter régulièrement les plantes.

La poussière est un des ennemis des jardins suspendus qui y sont plus exposés que les jardins horizontaux. Il faut donc enlever la poussière régulièrement en vaporisant de l’eau sur les feuilles.

Enfin, un jardin suspendu qui intègre plusieurs espèces de plantes doit conserver un certain équilibre. Vous devez donc faire en sorte que les plantes dominantes n'étouffent pas les plantes plus petites et plus modestes.

Deco et Ambiances

784

Aucun commentaire à «Jardin suspendu : tout ce qu’il faut savoir»

Laisser un commentaire

Les commentaires sont soumis à modération. Seuls les commentaires pertinents et étoffés seront validés
* Champs obligatoires