7 conseils pour peindre un escalier

Quand vous achetez une maison ou un appartement, l’escalier peut être démodé ou en mauvais état. Pour le rénover sans dépenser beaucoup d’argent, la meilleure solution est peut-être de le repeindre. Il faut prendre le temps de déterminer la nature de l’escalier et bien choisir sa peinture. Voici quelques conseils pour repeindre votre escalier avec un résultat à la hauteur !

Peindre Escalier
© istock

Les différents éléments de l’escalier

Il est important de bien identifier les différents éléments composant l’escalier avant de vous lancer.

La main courante : c’est la poutre de soutien qui longe l’escalier, fixée contre le mur pour assurer votre sécurité.

Le nez-de-marche : c’est la partie de la marche qui arrive en saillie sur la contremarche.

La contremarche : c’est la surface verticale intérieure de chaque marche, celle qui permet de lui donner de la hauteur.

Les limons : ce sont les pièces d’appui rampantes qui partent de la base de l’escalier jusqu’au mur.

Le pas : c’est la partie horizontale de chaque marche, celle sur laquelle vous posez le pied.

Les balustres : ce sont les colonnettes rectangulaires ou cylindriques qui servent de soutien à la main courante.

Quelques conseils avant de vous lancer

Identifier la finition de votre escalier

Il faut savoir que la plupart des escaliers en bois possèdent des marches qui ont été vernies, lasurées ou peintes, plus rarement, elles sont simplement huilées. Il faut donc savoir reconnaitre la finition :

La peinture est opaque, vous ne risquez pas de faire d’erreur et vous la reconnaissez très facilement.

L’huile s’identifie au toucher, vous avez la sensation de toucher du bois sans traitement, sans modification de son aspect et totalement naturel, elle donne une impression de matériau brut.

Le vernis, la lasure ou le vitrificateur sont reconnaissables au film qu’ils laissent en surface et qui apporte une certaine épaisseur aux endroits qui ont subi ce traitement. Au toucher, vous constatez que la surface est moins structurée et plus lisse. La finition peut être satinée ou brillante.

La cire se reconnait en prenant un chiffon et du White Spirit. Si votre chiffon s’encrasse quand vous frottez et que vous enlevez une couche, l’escalier est ciré.

Si votre escalier est en bois brut sans aucune finition, il est préférable d’appliquer une couche de primaire ou sous-couche anti-tanin avant de le peindre. Le tanin a en effet tendance à jaunir les teintes pastel ou le blanc.

Respecter le temps de séchage avant d’utiliser votre escalier

Il est important de ne pas emprunter vos escaliers tant que le séchage n’est pas complet. Si vous ne pouvez pas attendre quelques jours, l’astuce suivante devrait vous aider.

Peignez une marche sur deux seulement, vous pouvez alors continuer à l’utiliser. Une fois que c’est parfaitement sec, faites les autres marches, vous utilisez alors les marches déjà sèches pour monter. C’est plus difficile si vous avez des enfants en bas âge, surtout pour la descente. C’est cependant le seul moyen de garder en service votre escalier.

Utiliser une peinture spécialement conçue pour les escaliers

La peinture des escaliers est endommagée par l’usure mécanique et l’abrasion, il est indispensable d’employer une peinture spécialement conçue pour résister à ces agressions. Toutes les peintures ne sont pas adaptées aux escaliers, faites votre choix avec soin et optez pour une peinture de qualité. Cela vous évite d’avoir à les refaire régulièrement.

L’application de la peinture et ses différentes étapes

La préparation de l’escalier

Avant de peindre un escalier verni, lasuré, vitrifié ou peint, vous devez le poncer légèrement avec un papier de verre à grains 120.

Ensuite, passez à l’éponge ou à la serpillère un nettoyant préparateur. C’est un dégraissant très puissant qui permet de nettoyer en profondeur le support. Laissez-le agir une dizaine de minutes et rincez à l’eau claire abondamment. Essuyez avec un chiffon, puis laissez sécher.

Votre support est prêt à recevoir la peinture, cependant s’il est en bois brut, appliquez la sous-couche avant, en un seul passage.

Les outils indispensables

Il faut choisir avec soin les outils que vous allez utiliser. Suivant la peinture que vous choisissez, le type de rouleau peut varier. Demandez conseil avant d’acheter votre rouleau, cela joue sur la qualité de l’application et sur la manière dont la peinture couvrira le support. Voici la liste des principaux éléments nécessaires :

  • Un rouleau parfaitement adapté ;
  • Un pinceau ou une brosse souple pour les endroits difficiles et pour réchampir ;
  • Du ruban de masquage pour éviter toute coulure sur les endroits qui ne sont pas peints ou dans une teinte différente ;
  • Un manchon microfibre spécialement dédié à l’application sur les escaliers.

L’application en elle-même

L’application de la peinture se fait avec les bons outils, c’est un préalable sur lequel vous ne faites aucune concession.

Vous passez votre peinture toujours en respectant le sens des veines du bois.

Appliquez deux couches au minimum en respectant scrupuleusement le temps de séchage entre les deux, il est généralement de 4 heures au minimum. Il est conseillé de mettre une troisième couche si vous appliquez une teinte très claire ou du blanc.

Commencez par réchampir la main courante et les angles avec votre brosse ou votre pinceau, puis terminez ensuite le reste des éléments (marches, contremarches et limons avec votre rouleau.

Il faut déposer la peinture en quantité suffisante, les épaisseurs trop fines sont également trop fragiles.

Deco et Ambiances

1062

Aucun commentaire à «7 conseils pour peindre un escalier»

Laisser un commentaire

Les commentaires sont soumis à modération. Seuls les commentaires pertinents et étoffés seront validés
* Champs obligatoires