Comment enrichir une terre pauvre ?

Vous vous demandez si votre sol pauvre doit vraiment le rester. Évidemment la réponse est non ! Vous disposez de différents moyens pour enrichir une terre pauvre afin qu’elle devienne fertile et que vos plantations se développent correctement.

Enrichir Une Terre Pauvre
© istock

Le sol pauvre : ses caractéristiques

Comme tous les jardiniers, vous avez envie de posséder un sol parfait afin de cultiver vos plantes ornementales et de pouvoir installer un potager. On entend par sols pauvres, les terres superficielles, peu profondes, sableuses ou caillouteuses, peu humifères, sèches et peu fertiles. Le pH peut être très acide ou basique.

Ces sols sont non seulement pauvres en éléments nutritifs, mais également pauvres en réserve d’eau comme c’est le cas des sols lessivés. De plus, la présence d’un pH extrême fait obstacle à l’assimilation des nutriments et aussi celle des oligo-éléments.

L’enracinement de vos végétaux se fait mal et reste le plus souvent très superficiel. Malgré tout, ces sols présentent un atout qui peut être intéressant pour vous : ils sont correctement drainés et aérés. Ils se réchauffent également facilement dès les premiers jours de printemps. En effet, ils restituent durant la nuit, la chaleur accumulée durant la journée. Ils sont en principe faciles à travailler. Ces qualités sont propices en particulier à la culture des légumes primeurs.

Comment procéder pour améliorer un sol pauvre ?

Le sol pauvre n’est pas une fatalité et il est possible d’y remédier. Quelques opérations parfaitement ciblées vous permettent d’obtenir des cultures prolifiques et de qualité.

L’humus pour enrichir un sol pauvre

L’apport de compost avant de cultiver un sol pauvre est un bon moyen pour qu’il soit plus riche.

Pour restaurer l’humus de votre terre pauvre, vous disposez de plusieurs solutions :

Vous pouvez utiliser l’apport régulier de compost et/ou de fumier, du BRF ou vous avez la possibilité de cultiver des engrais verts. Il faut dans ce dernier cas savoir que tous les engrais verts ne se cultivent pas sur des sols pauvres. Le seigle est parfait sur ces terrains et il permet de faire remonter à la surface les minéraux lessivés. La luzerne et l’orge apprécient les sols calcaires et secs tandis que sur les sols pauvres et acides, ce sont le lupin et le sarrasin qui s’adaptent le mieux.

Le radis fourrager convient aux sols très pauvres alors que le millet est parfait sur les sols secs et pauvres.

Comment corriger le pH d’un sol pauvre ?

Pour les sols acides, il est possible de corriger cette acidité par des amendements calcaires comme le calcaire broyé, le maërl, la dolomie ou la craie.

Si votre sol est calcaire, il faut l’équilibrer en reformant la couche humifère. Vous le faites à l’aide d’engrais verts ou d’apport de fumier, c’est un moyen de retrouver une terre fertile.

Le respect du sol

Une terre s’appauvrit souvent à force de travail inapproprié ou trop intensif. C’est le cas quand vous pratiquez la monoculture, que vous utilisez des pesticides ou que vous pratiquez les labours profonds. Si vous maintenez votre terre couverte en permanence par une couche de paillis, d’engrais verts ou de compost de surface, vous améliorez alors l’état de votre sol.

C’est également valable quand vous pratiquez la rotation des cultures, quand vous associez judicieusement vos cultures et que vous effectuez un travail superficiel du sol sans le retourner en profondeur. En pratiquant ce travail de la terre, vous contribuez à rendre votre terre plus fertile et vous contribuez au renouvellement de l‘humus.

Apporter de la terre

Obtenir des fleurs et des légumes malgré un sol pauvre est possible en mettant en place un carré potager ou une lasagne. Vous n’avez qu’à vous procurer une terre végétale, des cartons et une bonne quantité de déchets organiques. Vous placez ensuite différentes couches que vous superposez si vous voulez réaliser une lasagne.

Les déchets ménagers et de taille

Vous laisserez tout simplement les déchets à la suite des tailles de vos arbustes et ensuite, vous ajoutez quelques déchets ménagers. Il faut alors les débiter avec un sécateur ou les broyer pour que ces derniers se décomposent plus rapidement.

Vous effectuez alors un compostage de surface qui imite la nature, dont le sol n’est jamais laissé à nu. Si vous n’aimez pas avoir la vue sur les peaux d’orange et de banane, dissimulez-les avec de la paille. Si jamais vous avez enlevé des feuilles porteuses d’une maladie, pas de panique. Il est possible de les recycler puisque chaque maladie est spécifique d’une famille ou d’une plante et elles ne contamineront pas les autres plantes.

L’argile pour les terres sableuses

Apporter une terre argileuse permet de donner du corps à un sol sableux. En effet, l’argile forme des feuillets superposés qui comme l’humus, retiennent l’eau et les nutriments dont votre sol a besoin. Il faut tout de même savoir qu’ajouter du minéral (argile) au minéral (sable) n’est pas suffisant pour créer le bon équilibre. Il faudra alors ajouter de la matière organique.

Les feuilles mortes

Les feuilles mortes disposées en couches épaisses sur votre sol ,10 cm au moins permettent de protéger le sol des pluies intenses. Elles favorisent également la vie et les activités de la microfaune. De plus, elles protègent votre sol du gel. Elles apportent une matière organique indispensable et qui est rapidement assimilée par la terre. Elles se transforment en humus précieux pour les sols trop pauvres.

Feuilles Mortes Pour Enrichir Un Sol Pauvre
© istock

Les mauvaises herbes et les envahissantes

Les mauvaises herbes possèdent une qualité dont vous ne vous privez pas quand vous avez un sol pauvre, elles se décomposent très rapidement et facilement. Utilisez en paillis sur un sol pauvre, il faut simplement surveiller pour qu’elles ne s’enracinent pas à nouveau. Leur richesse en minéraux permet de réaliser des purins qui sont alors des fertilisants organiques. C’est le cas de la silice, la consoude ou l’ortie.

Les engrais verts

Les engrais verts sont des plantes qui peuvent améliorer la qualité de votre sol et qui se développent très rapidement. Elles structurent la terre grâce à leurs racines, elles peuvent servir de paillage et elles enrichissent le sol en humus, mais également en azote parfois. Il faut les faucher avant que les graines apparaissent. Certaines s’autodétruisent sous l’effet du gel.

Voici quelques plantes faciles pour faire de l’engrais vert : la vesce, le sarrasin, la phacélie et la moutarde blanche sont recommandés particulièrement sur ce type de sols.

Deco et Ambiances

1062

Aucun commentaire à «Comment enrichir une terre pauvre ?»

Laisser un commentaire

Les commentaires sont soumis à modération. Seuls les commentaires pertinents et étoffés seront validés
* Champs obligatoires