Comment décaper un volet en bois ?

Vous regardez vos volets en bois et vous leur trouvez triste mine… Jusque-là rien d’anormal. Ils sont soumis aux intempéries et ils s’abiment au fil du temps. Vous avez déjà des idées pour les transformer et leur redonner un coup de jeune, mais avant tout l’étape cruciale, sera celle du décapage. Nous vous proposons de vous expliquer comment procéder pour obtenir un résultat satisfaisant. Ensuite, vous passez à la finition sans problème.

Décaper Volet En Bois
© istock

L’étape préliminaire avant le décapage

Il s’agit de commencer par retirer les volets. Sachez qu’il vaut mieux prévoir deux personnes durant cette étape, surtout quand il faut enlever les volets de l’étage. Vous avez également besoin au moins d’une échelle voire d’un échafaudage si votre maison est haute et comprend plusieurs étages. La première personne se positionne de manière stable sur l’échelle et dégonde les volets. La deuxième personne est à l’intérieur de la pièce concernée et c’est elle qui récupère les volets. Vous n’allez pas descendre les volets par l’échelle alors que vous pouvez le faire de l’intérieur en toute sécurité.

Au moment où vous dégondez le volet, il est important d’être parfaitement stable et d’adopter la bonne posture pour ne pas partir en arrière sous le poids de celui-ci. Prenez soin d’ouvrir vos volets de l’intérieur avant de grimper à l’échelle. Soulevez le délicatement en le poussant vers le haut bien à la verticale. Vous devez le faire jouer un peu en rotation pour que les charnières puissent s’extraire plus facilement de leur logement. C’est en fait le même geste que quand vous dégondez une porte.

Attention :
Si le retrait des volets nécessite un échafaudage, prévoyez des chaussures qui adhérent parfaitement aux surfaces pour ne pas prendre de risque et équipez vous correctement. C’est d’ailleurs valable également dans le cas de l’emploi d’une échelle. Vous pouvez parfaitement louer ce matériel pour accomplir cette tâche.

Une fois que vous avez dégondé vos volets, installez en un sur des tréteaux, posés de manière stable sur une zone bien plane dehors.  Les parties métalliques sont traitées avec un antirouille ou peintes pour être rénovées facilement.

Décapage des volets : quelles méthodes et quelles étapes ?

Vous allez agir différemment suivant l’essence du bois, mais également de la nature de la surface. Celle-ci peut en effet être plane ou plus travaillée en relief. Il faut également prendre en compte les finitions envisagées par la suite et le montant de votre budget. Toutes les solutions de décapage présentent leurs limites ainsi que des avantages et des inconvénients.

Le décapage manuel

C’est en fait le ponçage. Il est indispensable de fixer le volet sur les tréteaux avant de commencer. Prenez un papier de verre grain moyen, à 120, gros grain à 60 et grain fin à 240 environ. Il vous faut une balayette et un masque de protection.

Bon à savoir :
La ponceuse à bande est plus agressive que la ponceuse à patin ou à disque.

Les étapes du ponçage :

  • Commencez par le papier abrasif gros grain pour dégrossir le travail.
  • Utilisez le grain moyen et poncez en respectant le sens des fibres du bois.
  • Terminez avec le grain le plus fin pour obtenir une surface lisse et nette.
  • Enlevez les poussières avec une balayette.

La ponceuse avec système d’aspiration facilite encore votre travail. Les puristes préfèrent opter pour le ponçage manuel offrant un résultat de qualité. Mettez un masque pour éviter les substances toxiques comme le verni ou la peinture.

Le décapage thermique

Le décapage thermique présente un inconvénient, il risque de brûler le bois. C’est pour cette raison que les professionnels l’emploient peu, il est surtout utile pour les grandes surfaces. Il ne faut pas souhaiter retrouver la teinte d’origine, c’est impossible. L’objectif est de ramollir la peinture, le verni ou la cire et de retirer ces finitions par grattage. Le bois colore sous l’effet de la chaleur.

C’est une technique délicate.

Les étapes :

  • Passez le décapeur sur la surface en ne vous approchant pas à moins de 10 cm.
  • Avec l’autre main et une spatule, retirez les cloques. Suivant les peintures cela peut se faire à froid. Ne creusez pas le bois et ne l’abimez pas. Portez des gants anti chaleur de qualité.
  • Ensuite, poncez avec un papier de verre grain fin.

Le décapage chimique

C’est certainement la solution la plus classique, les solvants décapent parfaitement la peinture et le vernis. Cependant ils ne doivent pas contenir du dichlorométhane ou du chlorure de méthylène. Le premier est interdit en France en raison des dangers sur notre santé.

Le principe est en fait très simple les solvants font cloquer la peinture que vous enlevez ensuite à la spatule. Renouvelez le travail autant de fois que nécessaire.

Rincez ensuite le volet et nettoyez le avec du White-Spirit ou de l’alcool. Une fois qu’il est parfaitement sec, une semaine environ, poncez le avec un papier de verre à grain fin.

Le décapage en bain de chlorure de méthylène réalisé dans des ateliers spécialisés donne les meilleurs résultats. Il est souvent obligatoire quand les volets sont couverts de nombreuses couches de peinture. Le résultat est réellement impeccable, mais vous devez vous adresser à des professionnels.

Le décapage à la soude

C’est la méthode la moins onéreuse et la plus naturelle. La lessive de soude est parfaite quand vous souhaitez effectuer cette tâche vous-même. Il faut toutefois que les volets soient peu abimés et assez récents. Elle est efficace sur les peintures de toute nature et pour certains vernis. Si les volets sont très anciens, elle n’est pas vraiment adaptée. Le décapant agit lentement et vous devez répéter cette opération plusieurs fois, mais il élimine de façon efficace les différentes couches de peinture.

La soude peut être utilisée soit pure, soit diluée. Vous l’appliquez avec une éponge si les surfaces ne sont pas trop importantes. Si vous le faites faire par un professionnel, il plonge les volets dans un bain de soude durant 10 à 15 minutes. Dès que la peinture commence à se décomposer et qu’elle brunit, les volets sont rincés abondamment pour retirer la soude et éviter que les cristaux se coincent dans certains endroits.

Attention :
Cette solution n’est pas valable pour toutes les essences. Le noyer, le châtaignier ou le chêne ne supportent pas ce type de traitement. Ils deviennent noirs instantanément. Il ne convient pas non plus aux bois contenant de la cellulose et au lamellé-collé.  C’est un traitement très corrosif, il faut porter un masque, des lunettes de protection, une combinaison et des gants étanches pour écarter tout risque de brûlure éventuelle.

Le sablage

Le procédé repose sur la projection d’un abrasif, le sable en l’occurrence. Vous choisissez le calibre selon la nature du bois. Il est projeté par l’intermédiaire d’une buse qui est elle-même reliée à une machine pulsant de l’air comprimé à haute pression. Cette méthode est valable et convient aux bois les plus résistants, mais elle est déconseillée sur les bois trop tendres ou plus fragiles. Le sable est en effet très agressif et il est projeté à 700 km/h. C’est pour cette raison qu’il risquerait de déchiqueter et de déformer les surfaces trop tendres. Elle reste tout de même très efficace et très intéressante.

Variante : l’aérogommage est une méthode plus douce qui élimine bien la peinture et le vernis sans abimer la surface. Dérive du sablage, il permet d’enlever très facilement les peintures et le vernis sans risquer d’abimer le bois. Le sable utilisé est rond et il est envoyé à basse pression voire à très basse pression.

Seul petit bémol : sur les volets en sapin qui sont habillés d’une peinture résistante, le bois peut être abimé avant que la peinture ne cède. Restez donc très prudent.

Les avantages de cette solution : le bois traité de cette manière ne demande aucune opération préalable et une fois que vous avez terminé, vous n’avez pas à poncer, ni à rincer, ni à laisser sécher. Il faut travailler en extérieur, car ce traitement occasionne de fines particules de poussière. Si vous souhaitez passer par une entreprise, il faut s’assurer qu’elle pratique bien l’aérogommage. Ce traitement est le plus onéreux et cela s’explique par le prix du sable qui vaut entre 0.80 euro et 1 euro du kilo au mieux de 0.20 euro le kilo pour le sablage.

Décapage : à quel prix ?

Voici quelques indications pour vous donner une idée des prix pratiqués pour des volets en chêne :

Pour un décapage aux solvants réalisé par un professionnel : le prix est situé entre 30 et 50 euros pour deux mètres carrés. Quand le décapage est pratiqué par trempage dans un bain, le prix baisse entre 15 et 30 euros du mètre carré.

Un décapage classique chez un professionnel : comptez entre 600 et 1 000 euros pour des volets pleins.

L’aérogommage à domicile : vous coûte entre 40 et 60 euros soit 20 à 30 euros du mètre carré.

Le décapage au karcher ou au nettoyeur haute pression : bonne ou mauvaise idée ?

Il est possible d’utiliser un nettoyeur haute pression avec rotobuse dans le cas où vos volets sont très sales, noircis par les salissures et la pollution. Gardez une distance de 40 cm pour ne pas vous approcher du bois. Vous risquez de l’abimer. Pour un résultat parfait, brossez le volet, tant qu’il encore mouillé.

Deco et Ambiances

784

Aucun commentaire à «Comment décaper un volet en bois ?»

Laisser un commentaire

Les commentaires sont soumis à modération. Seuls les commentaires pertinents et étoffés seront validés
* Champs obligatoires